✎ La vallée de Nar Phu, la découverte d’un chemin hors des sentiers battus (Partie 2/4)

Dans notre dernier article, nous vous avons laissé à la fin de notre première journée de trek sur les sentiers de l’Annapurna. Dans cet article, on reste au Népal et on continue le récit de cette magnifique aventure de 14 jours dans les paysages des plus hautes montagnes du monde.

Nous vous avions laissé le soir de notre arrivée au village de Timang à 2400 mètres d’altitude.  En cette fin journée, la douleur de Léa à la hanche nous inquiétait à tel point que nous avions peur d’être obligé de rebrousser chemin dès la fin du premier jour de trek.

➳ Un réveil dont on se souviendra longtemps.

A notre réveil, nous sommes quelques peu rassurés. En effet, la douleur à la hanche de Léa est toujours présente mais elle a tendance à se dissiper. Nous décidons donc de poursuivre notre chemin avec enthousiasme car nous nous apprêtons à sortir du sentier touristique pour rejoindre le magnifique village de Phu. Il s’agit d’un village tibétain très authentique, perché à 4000 mètres d’altitude et c’est notre but pour les 5 prochains jours.

Nous sortons de notre chambre pour prendre notre petit-déjeuner et nous apercevons à travers la légère brume matinale, le fameux « Manaslu », le 8ièmeplus haut sommet au monde culminant à 8156 mètres.

IMG_6206

Après quelques pancakes, un thé noir pour Steven et un thé au lait pour Léa, nous commençons notre journée par une marche relativement simple à travers un paysage qui change radicalement. La forêt tropicale de la veille laisse place à une belle forêt de conifères. Nous marchons en direction du village de Koto situé à 2600 mètres.

IMG_6218

2h30 de marche plus tard, la douleur à la hanche de Léa repointe le bout de son nez. Fort heureusement, nous arrivons au village de Koto (2600m) et nous en profitons donc pour faire notre pause thé.

➳ La découverte de la vallée de Nar Phu.

Une fois la pause prise nous entamons notre chemin en direction de Dharmasala situé à 3100 mètres d’altitude. Selon notre guide, la durée de marche pour arriver au lieu où nous dormirons est estimée à 2h30 de marche. Nous bifurquons donc hors de l’itinéraire classique et nous dirigeons vers la Vallée de Nar Phu, ouverte au tourisme depuis 2012.

Le sentier se rétrécit instantanément et nous arrivons sur un petit chemin sinueux très peu fréquenté, entre les arbres, que seuls les ânes et les porteurs empreintes.

C’est fascinant, certains passages que nous empruntons sont creusés dans les falaises de manière très artisanale : à la dynamite par les locaux eux même.

IMG_6230

Au fur et à mesure, la forêt devient de plus en plus dense, la cime des montagnes est cachée par les arbres et contrairement à la veille, ici nous y découvrons un environnement très différent. On se croirait dans la forêt du film Twilight. Nous apercevons même au-dessus de nos têtes à seulement quelques mètres, quelques aigles survolant la vallée.

Les chemins que nous empruntons ne sont pas toujours évidents, on grimpe 100 mètres pour en descendre 80 mètres par la suite. Ce chemin, que nous empruntons est véritable exercice physique.

Sur le chemin, nous croisons très fréquemment des porteurs. Ils alimentent en nourriture l’ensemble des petits villages de la vallée de Nar Phu. Ce sont des femmes et des hommes, le plus souvent assez âgés. Lors d’une pause nous nous asseyons à côté d’un monsieur porteur assez maigre qui devait avoir autour des 70 ans qui lui-même faisait une pause. En voyant la charge impressionnante qu’il avait avec lui, je demande par le biais de notre guide, le poids de son paquetage. Le guide nous annonce qu’il porte 85 kilos à la seule force de sa nuque. Une charge lourde mais rien d’anormal. Il nous explique que la plupart des porteurs sont payés au poids qu’ils portent et le plus souvent ils ont des sandales abimés, rafistolées avec quelques bouts de cordes.

IMG_6213

➳ L’arrivée au village où on va dormir.

Nous continuons notre marche pour arriver à Dharmasala non pas après 2h30 de marche mais 4h, il semblerait que notre guide se soit trompé sur la durée.

Nous découvrons un camp au milieu de la forêt. Nos hôtes, une famille visiblement plus habituée à recevoir des locaux que des touristes nous proposent de manger l’unique plat disponible, le plat national du Népal, le fameux Dal Bhat. Un mélange de riz et de lentilles, c’est le plat consommé par tous les népalais midi et soir. C’est très bon, mais c’est vrai que nous nous en sommes lassé assez rapidement !

IMG_0289

Nous découvrons notre cabane pour la nuit. C’est pour le coup très rudimentaire. Après 6H30 de marche, nous qui rêvions d’une douche chaude, nous avons dû nous contenter de 4 murs en bois et d’un toit en taule. Bien évidemment, perdu au milieu de la forêt, il n’y avait ni douche, ni électricité et ni toilette

IMG_0286

Néanmoins, cette fin de journée et nuit dans de tels conditions nous ont donné un véritable sentiment d’être hors du temps. Nos hôtes vivaient ainsi toute l’année avec le strict minimum, bravant le froid et la neige en plein hiver.

Timang – Dharmasalla  5h30 de marche

Le lendemain, malgré la beauté de ces sentiers, la douleur de Léa est trop intense. C’est sans regret mais par sécurité que nous décidons de faire demi-tour pour reprendre l’itinéraire touristique. Nous savons que si nous restons sur ce sentier en cas de problème nous ne pourrons pas appeler les secours.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s