✎ L’ascension de notre 1er sommet et la fin d’un trek inoubliable (Partie 4/4)

C’est l’ultime article de nos aventures dans les montagnes vertigineuses du Népal. Dans le 3ème article, nous vous avons laissé à notre arrivée au Thorung High Camp situé à 4934 mètres d’altitude. Il s’agit du dernier camp avant le passage du col à 5414 mètres d’altitude et c’est ici que nous rechargeons les batteries avant d’entamer la suite.

Nombreux sont les trekkeurs à s’arrêter à ce camp car le col n’est qu’à 2h30 de marche. Contrairement à la plupart d’entre eux, notre objectif pour le lendemain n’est pas le passage de ce fameux col mais la cabane en pierre situé 50 mètres avant le col. Notre guide nous annonce que nous passerons la nuit à cet endroit afin d’être au plus près du sommet que nous allons grimper dans deux jours. Notre but final est proche.

Pendant ce temps-là, nous profitons de la chaleur du refuge et nous regardons avec des yeux d’enfants la vue superbe que nous avons sur l’Himalaya, ses 3 glaciers et ses sommets, le Tsulu West, le Gangapurna, l’Annapurna III, l’Annapurna IV et le Yak Wakang.

IMG_6889

Par ailleurs, le doute s’installe. Est-ce nous sommes prêts ? Quelles sont les températures que nous allons affronter ? mais l’enthousiasme d’être si près du but prend le dessus.

Nous nous couchons armé de toutes les couvertures disponibles et nous mettons tous les habits que nous avons. C’est avec surprise que nous passons la nuit sans aucun souci.

IMG_6920

La vue depuis le camp au petit matin, sympa n’est pas ?

 

➳ En marche vers le col

En partant du High Camp, le sentier nous amenant au col du Thorong La Pass (5414m) s’effectue en peu de temps (2H30), mais non sans difficultés : car ce n’est pas la dénivelé qu’il faut affronter mais plutôt le manque d’oxygène. Nous décidons de prendre plusieurs pauses afin d’économiser notre énergie.

IMG_6948

Durant l’une d’elle, Steven trouve la bonne idée de faire décoller son drone. Nous sommes à 5200 mètres d’altitude et le drone n’a pas l’air d’apprécier la hauteur. Sur l’écran de l’IPhone, l’image se fige, il n’y a aucun signal. Le drone est à 5 mètres au-dessus du sol et brusquement, il fonce en direction de ce dernier. C’est la catastrophe, le guide pousse un cri et Steven aussi. Par chance, le drone n’a rien, même pas une égratignure.

Après cet événement, nous repartons et nous apercevons au loin un groupe de personnes. Il s’agit bien du col, notre arrivée sonne comme une deuxième victoire. Nous sommes à présent sur le col le plus haut du monde. Pour nous deux, l’émotion est forte, nous fêtons cette victoire avec un thé avec nos amis français.

Thorung High Camp – Thorung La Pass – 2h30 de marcheIMG_6981

Séance photo avec notre guide et notre Sherpa, un super moment.

Il est encore assez tôt, il est 10h du matin et nous devons passer la journée au col. Au début les températures sont appréciables mais très vite le vent se lève et les températures baissent.

Comme nous le disions, contrairement aux autres trekkeurs qui descendent directement une fois le col passé, nous passerons la nuit à Thorong La Pass dans un « Tea Shop ». En effet, il s’agit pour nous du lieu le plus proche de notre objectif, que nous voyons d’ailleurs de très près : Le Thorong Peak (6144m).

IMG_6983

Je vous présente le Thorung Peak.

Nous passons la journée à boire d’innombrable thés et des soupes à l’ail. Dans l’après-midi, notre guide organise une séance d’initiation à l’alpinisme. En effet, pour nous c’est la première fois que nous utilisons des outils comme le Jumar. L’apprentissage se fait assez facilement, nous avons à la fois hâte d’être demain mais nous sommes également stressés par ce qui nous attend.

Nous passons donc la nuit et la journée dans le Tea Shop : c’est une cabane en pierre, de 15m carré, dans laquelle nous dormons à 7 sur les banquettes servant de sièges aux randonneurs durant la journée. Nous vivons cette expérience avec ouverture d’esprit, mais elle reste néanmoins très compliquée pour nous, à cause du froid. Nous nous emmitouflons sous des couvertures, mais cela n’est pas suffisant face aux -9 degrés qu’il fait dès la nuit tombée. Nous ne fermons donc pas l’œil de la nuit.

Parler de « nuit » est bien relatif : nous nous levons à 3h du matin pour débuter notre ascension.

IMG_0346

Est-ce que cela se voit que nous avons froid ?

 

➳ Le jour J

Se lever à 3h du matin est difficile, la fatigue se fait ressentir, d’autant plus que nous avons mal digérés nos Dal Bath Poulet (plat traditionnel népalais) de la veille. Nous partons patraque pour notre ascension. Nous nous munissons de lampes frontales, chaussures alpines, harnais et bien sûr de l’ensemble des habits que nous possédons, et nous sortons dans le grand froid. Il fait nuit noire, -10 degrés et un vent glacial souffle sur le col. La température ressentie est à -20 degrés.

Nous suivons les pas de notre guide sur des pentes rocailleuses pouvant atteindre jusqu’à 50°. Il s’agit alors plus d’escalade que de trekking. Nous évoluons sur des chemins très glissant, avec le vide en dessous de nous. Nous glissons sur les rochers verglacés ou sur la neige qui se fait de plus en plus présente.

IMG_7028

Arrivés à 5700m d’altitude, nous sommes totalement dans la neige et en plein courant d’air. Nos guides enfilent leurs crampons et leurs harnais. Nous ne sommes plus dans l’effort pendant quelques instants et nos corps se refroidissent rapidement dans ce froid glacial.

Léa commence à ne plus sentir ses mains. Jusque-là, rien d’inquiétant. Le guide et moi-même tentons de l’aider à se réchauffer. Elle commence à paniquer lorsqu’elle se rend compte qu’elle est incapable de bouger ses mains. Le froid commence à envahir son corps entier. J’observe des gestes irrationnels de sa part, comme retirer ses gants et laisser ses mains à l’air libre ou s’asseoir et ne plus vouloir bouger. Léa commence à s’hyper ventiler dans cet environnement où l’oxygène est rare. Il s’agit des symptômes de l’hypothermie, qui peuvent être développés dans des environnements très froids. Le guide et moi-même décidons alors de la descendre lorsqu’elle manque de s’évanouir. La descente se fait péniblement mais heureusement notre guide est très présent, il donne à Léa sa veste, ses moufles, et la soutient tout au long de la descente, moi je reste derrière à suivre péniblement avec l’ensemble du matériel.

De retour au col, Léa se réfugie dans la tente de Sébastien, qui lui est resté sur les pentes de l’ascension avec son guide. Après un court repos, elle se sent déjà mieux mais le guide prend tout de même la décision de descendre rapidement vers le village de Muktinath (3700m). C’est la dernière étape de notre trek. Nous descendons et nous réalisons les 1800 mètres de dénivelé négative durant 3h30.

Thorung La Pass – Muktinath – 3h30 de marche

Le jour suivant, nous prenons le bus pour Jomsom, puis l’avion direction Pokhara.

IMG_7084

Cette expérience nous montre que la haute montagne peut être un véritable danger et que le froid n’est pas à prendre à la légère dans de telles conditions. Pour autant, nous gardons un souvenir très positif de ces 14 jours de Trek. Nous nous souviendrons de la gentillesse et de l’attention de notre guide, les conditions spartiates dans lesquelles certains népalais vivent, le partage d’expérience avec les autres trekkeurs, les paysages époustouflants du Népal et bien entendu les litres de Black Tea que nous avons bu matin, midi et soir.

IMG_6658

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s